L’Université de Corse, un trait d’union entre laboratoires et entreprises

Focus

Depuis 2012, l’Université de Corse travaille de concert avec la Société d’Accélération de Transfert de Technologies (SATT) Sud-Est pour rapprocher la recherche fondamentale et le monde économique.

 

 

 

 

Dresser un pont entre la recherche scientifique et la sphère économique de la Corse. Voilà, en substance, l’objectif du lien tissé depuis 2012 entre la Société d’Accélération de Transfert de Technologies (SATT) Sud-Est et l’Université de Corse Pasquale Paoli. Ce partenariat stratégique bâti entre les deux institutions vise à valoriser les technologies issues de la recherche fondamentale universitaire auprès des entreprises par la mise sur le marché d’innovations contribuant au développement économique et à la création d’emplois qualifiés. C’est, en tout cas, la mission confiée aux 14 SATT du territoire métropolitain par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Elles ont été portées sur les fonts baptismaux pour assurer un relais entre les laboratoires de recherche et les entreprises via le financement de la maturation de projets innovants.

Au total, la SATT Sud-Est valorise à travers le territoire national un potentiel de plus de 10 000 chercheurs et doctorants dans quelques 200 laboratoires. « C’est un outil fondamental pour que les fruits de la recherche publique puissent contribuer au développement socio-économique d’un territoire », considère Marc Muselli, vice-président de la Commission de la Recherche de l’Université de Corse. L’action de la SATT à nos côtés permet aux projets de nos laboratoires de gagner en maturité afin de devenir plus compétitifs sur le marché ».

 

Exemple type de cette démarche, la plateforme Stella Mare, figure de proue de l’Université de Corse et du CNRS en matière de recherche en ingénierie écologique marine et littorale, établit depuis plusieurs années ce lien entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée. « Par ses technologies de pointe pour la maîtrise de la ressource halieutique en Méditerranée, l’unité Stella Mare s’inscrit dans une démarche vertueuse de transfert des recherches menées et apporte des réponses aux besoins des professionnels de la mer afin de soutenir les filières de l’économie « bleue », poursuit Marc Muselli. De ce point de vue, autour de nombreux programmes de recherche, portant notamment sur la maîtrise d’espèces nobles comme l’huitre plate, le homard, le denti ou l’oursin, l’Université de Corse/CNRS pose les jalons de la valorisation et du transfert de technologies et de savoir-faire directement issus de la recherche publique, sur la demande et au service des acteurs de l’économie corse ».

 

Afin de renforcer le trait d’union entre les chercheurs et les entreprises et à la demande de l’Université de Corse, la SATT a détaché un personnel positionné au sein de la Direction de la Recherche et du Transfert depuis mai 2017, afin d’amplifier la détection d’innovations au sein des centres de recherche et de jouer un rôle de courroie de distribution entre les deux sphères. Objectif : puiser dans les laboratoires de recherche et les différentes plate-formes de l’Université / CNRS – soit les travaux de quelques 160 chercheurs au total – pour valoriser et exploiter les programmes de recherche potentiellement porteurs en matière d’économie et d’innovation.

 

Actuellement, une quinzaine de projets est en cours dans l’île en lien avec la sphère économique, ouvrant la voie à des potentielles concessions de licences d’exploitations à des entreprises. Depuis 2012, l’Université de Corse a ainsi procédé à 18 déclarations d’invention parmi lesquelles deux brevets et l’appui scientifique à la création d’une start-up, Stepsol, axée sur le développement d’une solution de production maîtrisée et de stockage d’énergie d’origine photovoltaïque. Autre projet phare : un programme de recherche sur la molécule « géraniol » issue de l’immortelle de Corse aux multiples vertus curatives, afin de proposer une alternative et une solution complémentaire à l’utilisation des antibiotiques dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance. Il a fait l’objet d’une déclaration d’invention et a donné lieu à une licence exclusive pour une société spécialisée dans le domaine de la santé humaine.

 

 

« On constate, en Corse, la mise en place d’un écosystème de l’innovation, observe Marc Muselli. Il y a une vraie volonté de construire un nouveau modèle économique autour de la recherche. C’est justement l’un des enjeux de cette convention cadre Université de Corse – SATT, en collaboration étroite avec les autres acteurs de l’innovation présents en Corse, pour permettre à l’Université de Corse de poursuivre la diffusion d’une véritable culture de l’innovation au sein de ces laboratoires. Et d’opérer un retour des fruits de sa recherche vers la société insulaire ».

  • Vanina PASQUALINI
    Vanina PASQUALINI
    Vice-présidente de la Commission de la Recherche
Vanina PASQUALINI
Vice-présidente de la Commission de la Recherche

Vanina Pasqualini a été élue Vice-présidente de la Commission de la Recherche le 18 février 2020 pour une durée de 4 ans.

Vanina Pasqualini est Professeur des Universités en Ecologie marine à l’Université de Corse depuis 2001, affectée à la Faculté des Sciences et Techniques et au Laboratoire Sciences Pour L’Environnement (SPE) du CNRS et de l’Université de Corse. Elle a assuré des responsabilités administratives tels que Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques (de 2009 à 2014) et Vice-Présidente de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (de 2017 à 2019). Elle est responsable scientifique du projet structurant « Gestion et valorisation des Eaux en Méditerranée » au sein du Laboratoire Sciences Pour L’Environnement depuis 2014. Ses thématiques de recherche portent sur la restauration écologique des lagunes méditerranéennes. Elle est également impliquée sur des problématiques interdisciplinaires au sein de l’Observatoire Hommes-Milieux du CNRS (INstitut Ecologie et Environnement – INEE) en tant que directrice adjointe. Elle est et a été responsable de plusieurs programmes scientifiques régionaux, nationaux et internationaux. Elle assure différentes expertises (par exemple au sein du HCERES) et s’implique dans la formation de doctorants avec lesquels elle publie régulièrement. Elle a été membre de la section 67 du CNU durant plusieurs années, dont elle a assuré la Vice-Présidence lors du dernier mandat (de 2016 à 2019).


Contact : vpcs@universita.corsica | +33 (0)4 20 20 21 71